En 1943, des amis se retrouvent attablé autour d’un verre dans la Brasserie « Le Régent » tenue par Jean DELBERT. Parmi ceux-ci, il y a des commerçants du quartier de la Croix de Chavaux à Montreuil, un médecin et un gérant de magasin de chaussures qui s’est illustré dans l’athlétisme en participant aux Jeux Olympiques de Paris en 1924, d’Amsterdam en 1928 et de Los Angeles en 1932.
Ils sont tous très préoccupés pour l’avenir des jeunes, pour la plupart désemparés par l’ambiance « vert de grisaille » qui règne à cette époque oubliée et pour leur trouver un dérivatif, ils songent à leur faire pratiquer du sport. Mais au début les avis divergent.

 André_Adelheim_1926Certains, comme André ADELHEIM, prêchent bien sûr pour l’athlétisme, sport universel où les jeunes peuvent trouver tout ce qu’ils souhaitent (saut, course, lancers et relais). D’autres songent au foot, d’autres au Basket et aussi à la Marche (qui à l’époque ne dépend pas de la Fédération Française d’Athlétisme, mais de l’Union Française de la Marche) ou encore de l’escrime.

Jean DELBERT, pour mettre tout le monde d’accord, suggère avec son bon sens coutumier, de créer un club omnisports, ce qui sera accepté immédiatement par tous, qui dès le début, lui demanderont d’en prendre la présidence générale.

C’est ainsi que commence l’histoire du C.A. Montreuil.
A partir de cet instant, Jean DELBERT, qui ne manquait jamais de courage, va mettre tout en œuvre pour créer rapidement les différentes sections : escrime, basket, marche et athlétisme.
Tous étaient d’accord pour que le club porte le nom de « Club Athlétique Montreuillois », mais cette dénomination allait rapidement déclencher une opposition de la part du « C.A. Montreuil club de football » qui portait le même nom, ce n’est qu’après d’âpres mais amicales négociations, que l’on pu aboutir au titre de « Club Athlétique de Montreuil » avec un maillot jaune à parement bleu et un écusson avec chevrons sur la poitrine.

Préambule